Résumés de la 5ème journée de Summer league

Matchs de 16h00

Sur le terrain N°1, le match entre la New Generation et les Brothers United a été faussé par le fait que seul 1 joueur officiellement repris dans l’effectif était présent.

En effet, seul Mel Miakv était là, les autres étant absents pour plusieurs raisons différentes.
Le match aurait pu ne pas être joué, le capitaine des New Gee étant obligé de faire appel en urgence aux remplaçants. L’important pour tout le monde étant de jouer, les Brothers United ont pris leur mal en patience.

Nous avons finalement eu droit à un match équilibré, les remplaçants de la New Gee, la plupart (si pas tous) âgés de -21 ans, ont imposé un rythme et une intensité défensive qui leur ont permis de faire la course en tête dans le premier quart-temps. Les choses se rééquilibraient dans le deuxième quart-temps, Fred Ledoux des Brothers United et Loan Dumonceau alimentait bien le marquoir en réponse à Miakv et Tahon en face.
Dans le troisième quart-temps, les choses commençaient à se compliquer pour la New Gee, les Brothers United jouant la carte de l’expérience pour garder leur avantage et remporter la victoire.

On notera cette action « And One Mixtapesque » (pour les anciens), réalisée par les papis de service… Une passe dans le dos ratée de Fred Ledoux qui ricoche sur la planche pour atterrir dans les mains de Yanga isolé à 3pts.

Score final : 73 – 90

MVP 1 : Fred Ledoux

MVP 2 : Damien Paquet

MVP 3 : Giovanni Di Pietrantonio

 

Sur le terrain n°2, autre match… Même problème ! Les jeunes Youngboyz ont attendus leurs adversaires du jour, les Black Diamond, jusqu’à la dernière minute du quart d’heure académique que l’on s’impose avant d’appliquer un forfait. Eux aussi déforcés, les Black D ont livré une prestation que nous pouvons qualifier de moyenne au vu de ce qu’ils nous ont déjà montrer.

Prestation qui a failli leur coûter une défaite, les Youngboyz ayant tellement de respect pour leurs adversaires eux, qu’ils se sont donnés à 100% durant tout le match. Ce qui leur a permis de tenir la dragée haute face à une équipe du top 6 de cette édition, accrochant les Black D et prenant même l’avantage sur eux à plusieurs reprises dans le match.

Sans doute fatigué des matchs joués en playground extérieurs avant de venir jouer leurs matchs de Summer League (comme beaucoup de joueurs le font), les Black D avaient sans doute besoin de retrouver leur souffle. Ce qui a dû être le cas dans le 4ème quart-temps, puisqu’ils ont définitivement pris le dessus sur les jeunes Youngboyz qui ont clairement grandis et pris de la confiance et un peu de maturité depuis l’édition dernière.

Score final : 82 – 66

MVP 1 : Anthony « Melo « Tshiteya

MVP 2 : Thomas Mertens 

MVP 3 :  Greg Tshiteya 

 

Matchs de 17h30

Sur le terrain n°1, un match au sommet entre la Carls Crew et les Pirates 420 avait lieu.

Les 2 équipes étant clairement parmi les équipes que l’on s’attend à voir au Final 4, les joueurs des équipes se connaissant très bien et s’étant chambrés les uns autres avant la Summer League(avec les Cirelli, Di Francesco, Sturam etc.. sur le terrain, on en attendait pas moins), le match promettait d’être explosif.

Et toutes les promesses ont été tenus. Les contres à la planche, les 3pts « in your face » à 50cm de la ligne et le score serré en fin de match. Tout amateur de beau basket en a eu pour son argent.

Di Francesco à la mène pour Carls Cew mettait un bon rythme et faisait bien participer ses coéquipiers… En dessous de l’anneau « le daron » Julien Bastien rivalisait avec Cedric Martin qui lui a rappeler à 2 reprises qu’il était un excellent contreur. Bastien Guillaume était prolifique autour de la raquette et sous l’anneau et nous avions droit à des duels sous l’anneau entre Charly Bernard et Nicolas Sturam(qui se retrouvait souvent à défendre contre le futur pivot Gembloutois) « God Himself » ne se laissait évidemment pas impressionné et prouvait toute l’étendu de sa force en résistant très bien au jeu post-up de Charly. Les artilleurs étaient aussi de la partie, Steinier notamment, plantait 2 bombes en fin de match pour ramener les pirates à 5 pts à 2 minutes de la fin, mais les Carls Crew ne laissait pas filer la victoire.

Comme d’habitude (et encore plus avec cette qualité de joueurs sur le terrain) quelques décisions arbitrales ont été un peu contestés, mais les joueurs des 2 équipes sont restés très beaux joueurs à ce sujet et on ne peut que les en remercier.

Score final : 97 – 102

MVP 1 : Nicolas Sturam

MVP 2 : Carlo Difrancesco

MVP 3 : Bastien Guillaume

 

L’autre rencontre de 17h30 opposait les X-Men au Brothers United sur le terrain n°2.

Malgré le match dans les jambes des Brothers United, ce fut un début de match plutôt équilibré, les 2équipes ayant du répondant au poste de périphérie.
Ensuite les X-Men ont commencé à jouer intérieur avec Thibault Carême et Jimmy Marrot, ce qui leur permis de prendre l’avantage au score.

Les équipes se rendaient coup pour coup durant tout le reste du match, mais de petites blessures durant le match, couplés à la fatigue du match précédent, ont eu raison de 3 joueurs des Brothers United. Ce qui a permis au X-Men e gérer paisiblement la fin de match et garder l’avantage malgré les derniers assauts héroïques des Brothers United.

Score final : 77 – 82

MVP 1 : Thibault Carême

MVP 2 : André Delmotte

MVP 3 : Jimmy Marot

 

Matchs de 19h00

Sur le terrain n°1, la Carls Crew enchaînait son deuxième match de la journée, face au Xmen.

Le facteur fatigue allait jouer un rôle important tout le match, les Xmen eux aussi ayant joués juste avant, contre les Brothers United. Le match était également très agréable à regarder, les Xmen jouant une défense qui leur permettait de limiter l’impact de joueurs tel que Di Francesco, Sturam ou encore Van Doninck grâce à leur intérieur qui prenait tellement d’envergure que les drives dans la raquette étaient compliqués et les shoots à 3pts encore plus lorsque ceux-ci sont contestés par un pivot.

Chez les Xmen, Thibault Carême faisait un grand bien offensivement, précis au shoot à distance et adroit en dessous de l’anneau, son association avec Jimmy Marot donnait du fil à retordre aux finalistes de l’édition précédente.

Il a donc fallu être plus fin tactiquement pour sortir victorieux de ce match, l’issu s’est jouée dans les dernières secondes. La Cals Crew s’en sort de justesse

Et continue son petit bout chemin sans défaite.

Score final : 88 – 95

MVP 1 : Carlo Difrancesco

MVP 2 : Bastien Guillaume

MVP 3 : Nicolas Sturam

 

Sur le terrain n°2, la Run&Fun était opposée à la Boomshakalaka.

Là aussi, beaucoup de joueurs qui se connaissaient et donc quelques chambrages et des défis lancés qui ont permis aux spectateurs présents d’apprécier là aussi, un très beau match.

L’ensemble du match fut assez équilibré, les Run&Fun défendant bien sur les différents artilleurs de niveau Top Division Men 1 en face.

Glory Mulumba, les frères Navez et Jonathan Bélia étaient très agressifs sur le porteur de balle et ralentissaient ainsi leur montée balle et évitant les contre-attaques dont la Boomshakalaka et notamment Axel Bizet raffolent.

La Run&Fun a tenue le coup jusqu’à l’entame du 4ème quart-temps, moment choisi par les Boomshakalakaa pour tuer le match. La Run&Fun jouera le coup jusqu’au bout, mais l’avance prise par leurs adversaires étaient trop grande et la gestion de la fin match par les Vandame et autre Neskens était parfaite.

Score final : 101 – 83

MVP 1 : Nicolas Neskens

MVP 2 : Axel Bizet 

MVP 3 : Obrian Vandame